Calvin Klein Eye Montures de Lunettes Femme Bianco 51 gN4Evrxd

SKU51001429979101
Calvin Klein Eye, Montures de Lunettes Femme, (Bianco), 51
Calvin Klein Eye, Montures de Lunettes Femme, (Bianco), 51
connexion
FR
  • Washington (AFP) - 19/07/2018 - 15:38

    Trump évoque une "deuxième rencontre" à venir avec Poutine

  • Washington (AFP) - 19/07/2018 - 22:15

    Discussions "en cours" pour une rencontre Trump/Poutine à Washington (Maison Blanche)

  • Washington (AFP) - 19/07/2018 - 20:10

    Trump ne laissera pas les Russes interroger des officiels américains (Maison Blanche)

  • Nations unies (Etats-Unis) (AFP) - 19/07/2018 - 18:23

    Moscou et Pékin refusent l'arrêt de livraisons de pétrole à Pyongyang souhaité par Washington

  • Yaoundé (AFP) - 19/07/2018 - 17:42

    Cameroun: 4 soldats impliqués dans l'exécution sommaire de 2 femmes et leurs enfants arrêtés (sources proches de l'armée)

  • Lima (AFP) - 19/07/2018 - 17:31

    Pérou : un scandale d'enregistrements emporte le président de la Cour suprême (officiel)

  • Bruxelles (AFP) - 19/07/2018 - 17:27

    Brexit : le gouvernement britannique veut intensifier les négociations avec l'UE (ministre du Brexit)

  • Bruxelles (AFP) - 19/07/2018 - 17:14

    Fermeture de l'espace aérien belge à cause d'un problème informatique (contrôleur aérien)

  • Paris (AFP) - 19/07/2018 - 15:58

    France : l'audiovisuel public devra économiser 190 millions d'euros à l'horizon 2022 (gouvernement)

  • Madrid (AFP) - 19/07/2018 - 15:54

    Catalogne : le retrait des mandats est la "démonstration de l'immense faiblesse" du dossier (Puigdemont)

  • Washington (AFP) - 19/07/2018 - 15:38

    Trump évoque une "deuxième rencontre" à venir avec Poutine

  • Washington (AFP) - 19/07/2018 - 22:15

    Discussions "en cours" pour une rencontre Trump/Poutine à Washington (Maison Blanche)

Vous êtes ici : Accueil » Infos des régions » Gbéké / Hambol / Béré » Bouaké » Côte d’Ivoire/ Lutte contre le réchauffement climatique: Un diagnostic des émissions de gaz à effet de serre réalisé à Bouaké

Bouaké

Publié le 18/07/2018 dans

Les participants à la cérémonie d'ouverture de l'atelier de restitution du diagnostic des émissions de gaz à effet de serre à Bouaké

Bouaké, 18 juil (AIP)-Les résultats d’une étude diagnostique des émissions de gaz à effet de serre ou bilan carbone, initiée par la commune de Bouaké, avec l’appui de l’ONG NITIDAE ( ex ETC TERRA et RONGEAD), dans le cadre du projet Bouaké ville verte-Coopération décentralisée (BOVIVE-CD), ont été restitués, mardi, à Bouaké, devant le comité de pilotage dudit projet. Présenté par MM. Sacla Aïde Magloire et Ouattara Tiodionwa Abdoulaye de l’ONG NITIDAE, le rapport de l’étude montre que la commune enregistre une émission totale de gaz à effet de serre de 1.253.837 teqCO2, soit 6 à 7 % des émissions nationales, avec trois secteurs présentés comme les plus contributifs, à savoir, résidentiel (les ménages enquêtés (48,4%), l’agriculture et la forêt (30,7%)...

Veuillez vous connecter pour lire l'intégralité.

Réactions

18/07/2018 à 21:00

Korhogo, 18 juil (AIP) – Le taux d’admission au Brevet d’études du premier cycle (BEPC) a augmenté de 2,58%, dans la Direction régionale de l’éducation nationale (Dren) de Korhogo, à l’issue...

18/07/2018 à 20:50

Bouaké, 18 juil (AIP)-Les résultats d’une étude diagnostique des émissions de gaz à effet de serre ou bilan carbone, initiée par la commune de Bouaké, avec l’appui de l’ONG NITIDAE ( ex ETC...

18/07/2018 à 20:42

Korhogo, 18 juil (AIP) – Le préfet de la région du Poro, Daouda Ouattara, a demandé d’éviter de faire cotiser les populations pour l’organisation des cérémonies commémoratives de l’indépendance,...

18/07/2018 à 20:34

Abidjan, 18 juil (AIP)- Un boulevard sera bientôt dédié à l’ancien président sud-africain, Nelson Mandela, dans la commune de Cocody, a annoncé le maire, N’Gouan Mathias lors de la célébration...

18 Juillet 2018 | 23:40:05

Abidjan, CI

Partiellement nuageux

Want weather on your site?

Vilebrequin PRET A PORTER HOMME Tshirt en Coton Homme Tel père tel fils TEE SHIRT TAO XS 9MEpcwwk

Man, CI

Plutôt nuageux

Want weather on your site?

Get widget

Korhogo, CI

Quelques nuages

Want weather on your site?

Get widget

Conseil des ministres

(13 avril 2009 @14h28)

Ils ne comprennent que la force

Lecteur assidu (j’y fus abonné longtemps) du Monde diplo, je dois dire que cette fois vous avez crevé le plafond du crétinisme. Primo, la Journée de la jupe est un film — et la première question, que vous ne vous posez pas, est de savoir si c’est un bon ou un mauvais film (la même question se poserait pour Intolérance comme pour Ivan le Terrible). Ensuite, il traite de ce qui se passe à l’école: j’ai enseigné 13 ans en ZEP, et ce que raconte le film, je l’ai vu, et à de nombreuses reprises. Simplement, ce sont des comportements en général étalés dans le temps, que le film, à des fins de dramatisation typiques d’un certain cinéma pressé, rassemble en une heure et demie. Enfin, vous n’y avez vu et entendu que ce qui vous arrange: que le film parle d’un certain état de l’école (voir No21 Lunettes de soleil à monture ronde oversize fFlPJe
) ne vous effleure apparemment pas. Qu’il pose le constat de faillite des ZEP, ces Zones d’Exclusion Programmée, ne vous dit rien non plus. Qu’en proposant de remettre l’enseignant au centre du système, il s’insurge contre les folies de vos amis qui y ont mis l’élève et l’ont dissous dans leur propre médiocrité, peu vous chaut. Allez, revenez sur terre, et venez donc voir comment ça se passe effectivement, dans les collèges sensibles de région parisienne ou d’ailleurs. Quant à l’amalgame avec 24 heures, il est ridicule: quand on veut dire du mal de quelque chose, au Monde diplo, on le compare avec un produit américain, au nom du syllogisme bien connu: A ressemble à B, qui est américain. En tant qu’américain, B est le Mal. Donc A est le mal.

(13 avril 2009 @14h54)

"Regarde-moi ou je m’énerve"

La réalité des établissements scolaires classés ZEP et autre est au moins aussi variée que toute autre. En tant qu’enseignante (qui aime porter des jupes), je n’ai jamais assisté à de telles violences mais affronte souvent, et dois composer beaucoup, avec de nombreuses violences symboliques. Ces labels distinctifs (ZEP, Zone violence, PEP IV…), au départ, appelaient des moyens humains supplémentaires pour continuer de répondre aux ambitions républicaines de l’école publique. Aujourd’hui, ils sont surtout discriminants et il ne s’agit plus d’offrir une éducation scolaire qui puissent être équivalente à celle des autres établissements scolaires. Ce qui me frappe le plus est combien la demande d’attention, d’amour, de la part des jeunes est grande et démesurée au point qu’elle finit par être effectivement en décalage avec le projet scolaire. Elle vire assez souvent au "regarde-moi ou je m’énerve", demande des plus enfantines s’il en est. Quant à la jupe, les élèves – garçons filles – savent, comme ailleurs, en apprécier la beauté.

(13 avril 2009 @16h36)

Ils ne comprennent que la force

Mercutio représente bien la moyenne des jeunes enseignants, qui n’ont d’autres secours pour supporter l’insupportable, que le déni de la réalité qu’ils subissent au quotidien: " les élèves de ZEP sont en manque d’amour, ou ils souffrent de ceci ou de cela, ou les pouvoirs publics ne donnent pas assez de moyens, ou ils sont méprisés, ou incompris...". Or, le préalable à toute possibilité de changement réside bien dans la prise de conscience des causes de cette maladie de l’école que " La journée de la jupe" met bien en exergue. C’est précisément ce discours lénifiant ( excusez- moi Mercutio de le dire si crûment) qui en est responsable. Il n’y a rien à comprendre, les enseignants doivent enseigner et laisser aux spécialistes la charge de soigner les maux de la société. Les enseignants devraient cesser de jouer aux psychologues et aux assistantes sociales et obliger l’institution à assumer son choix par des structures propres à pourvoir aux maux personnels des élèves.

(13 avril 2009 @17h16)

La maladie de l’école n’est pas les élèves!

(13 avril 2009 @17h39)

Ils ne comprennent que la force

...Mais l’école n’est pas un hopital!!

(13 avril 2009 @17h42)

Ils ne comprennent que la force

la personne qui a écrit cet article devrait descendre de son nuage et faire un petit tour dans un lycée professionnel de la petite couronne de banlieue parisienne.

(13 avril 2009 @18h03)

Ils ne comprennent que la force

... mais alors... que font les docteurs?

Qui osera rompre avec un enseignement "bourgeois", des populations?

Dans une approche toujours plus "performante" du progrès (malgré la grande baffe que vient de se prendre le ), qui est prêt à mettre le prix d’un réflexion en profondeur sur le sens de la formation des gamins, ces bouffeurs de PIB improductifs (avec les vieux)?

Le prétexte du racisme est la carte joker, dans cette recherche au profit immédiat. Car le futur, les responsables s’en foutent!

Ce film ne peut pas être compris, si on ne se met pas une bonne fois pour toute dans la tête que tous les protagonistes, sont français de chez français, et que les injures ou les justification racistes que les uns et les autres se balancent à la tête, ne sont que des tentatives de nommer ce qui leur échappe.

On ne trouvera pas ailleurs que dans la patrie des gavroches des comportements identiques, et surtout pas dans les cultures des ancêtres des ces enfants.

(13 avril 2009 @18h49)

Ils ne comprennent que la force

Oui Meryem... La dame qui a écrit cet article ne connait pas la réalité dont elle parle avec des a-priori, c’est bien théorique tout ça... Moi en tout cas, prof de Lycée Professionnel, femme, en anglais plus est, en industriel masculin pendant de longues années, je peux vous dire que la réalité décrite par Lilienfeld, je l’ai vécue parfois, surtout depuis 2002 (accélération de l’histoire); ce film a eu un effet catharsis,cristallisation de ce que l’on vit au quotidien et la lâcheté, la veulerie ambiantes (principal, collègues démagos qui caressent les élèves dans le sens du poil ...) sont bien réelles! Madame la journaliste pétrie de bons sentiments, venez faire un stage dans certaines classes et vous aurez un tout autre discours, à moins de nier la réalité, c’est tellemnt plus commode; la justesse de ce film et du jeu de MmeAdjani m’ont touchée, j’étais transie de reconnaissance, loin du Grand Déni Généralisé, vécu aussi à l’intérieur. J’ai pleuré devant tant de justesse, d’à propos. Vous savez qu’il règne dans certaines classes ce qu’on appelle l’Omerta, une poignée d’élèves exerce sa mafia et tout est renversé: l’élève travailleur est montré du doigt, traité de bouffon. Et l’on ne dit rien . On continue. Jusqu’où? Pas de vague. Démerdez-vous, copinez avec la mafia et vous serez bien vu. Vous faites remonter des propos/comportements déviants ou inacceptables et l’on pointe votre insuffisance à gérer certaines situations: moi, j’ai souvent eu comme appréciation du proviseur: "des problèmes avec certains élèves" (!!) J’espère bien, on doit tout accepter alors? Ah oui, il faut dialoguer ... Jusqu’où? En fait vous êtes apprécié sur votre aptitude à encaisser, à garder toute cette merde pour vous, à faire semblant, à gérer votre merde sans faire de vagues et j’ai jamais su faire ... même au bout de 25 ans de carrière; j’ai horreur des collabos...cette bonne paix sociale, sauvons les apparences et de temps en temps, un drame surgit out of nowhere et l’on s’étonne... Bravo Monsieur Lilienfeld, vous avez tapé droit dans le mille! Quel magnifique politiquement incorrect! Réveillez-vous les bobos de gauche bien-pensants! Quelle magnifique actrice que je n’estimais pas à sa juste valeur! Moi aussi, j’aimerais juste faire travailler les élèves, je ne suis pas une méchante raciste! Croyez-moi!

(13 avril 2009 @18h54)

Ils ne comprennent que la force

Je n’ai pas encore vu ce film, mais je pense que vous avez bien tort de lui réclamer d’apporter des solutions. Parler d’un problème véritable - à savoir la misère morale et intellectuelle qui semble fleurir dans certaines cités - constitue un progrès car persister à faire semblant que rien ne se passe n’aide franchement personne. Ne pas faire comprendre à un gamin qui mélange tout (notions religieuses fumeuses et clips de rap) que ses valeurs sont rétrogrades, confuses, et vont fabriquer un monde dans lequel lui même ne voudra pas vivre, ça me semble une bonne idée en soi. Éviter la bien-pensanterie (finalement le méchant, le leader, c’était un petit blond du nom de Martin) ou les happy-end façon "l’Instit" me semble aussi une bonne idée. Enfin je veux bien croire que "La journée de la jupe" ne soit pas un film génial mais c’est une question cinématographique alors, car l’intention, elle, est sans doute une voie à suivre.

(13 avril 2009 @19h12)

Ils ne comprennent que la force

@Abraxas:

dites vous.

Vous n’avez, semble-t-il, pas bien lu le Lac des signes: ce billet , celui-ci , et Linda Farrow Lunettes de soleil Cherry Lips xAN8YlX
devraient remettre en cause vos fières certitudes.

(13 avril 2009 @19h19)

Ils ne comprennent que la force

Je me demande combien de types sont payés, en juppe, en jean ou en short pour venir répéter les mêmes messages sur les sites du monde diplo. Il y a des structures mentales, et de faux arguments d’une telle mauvaise foi que les bras vous en tombent. On a même plus envie de répondre dès lors que l’on voit qu’une personne se répond à elle-même sous un autre pseudonyme et a, en plus, l’imbécile réflexe de croire que ça ne va pas se voir. Je me demande s’ils sont des membres de l’Etat-parti ou s’ils sont simplement fous. Vous ne savez pas moi je sais. Et mon oeil? A vous êtes prof, alors dans les jeunes, nous les vieux on sait. Et mon oeil? Vous vous êtes théoriques et moi je sais. Ces non-arguments sophistiques sont particulièrement polluant, sans oublier ceux qui prêtent grâce à quelques détours fantasmagoriques aux autres des idées qu’ils n’expriment pas. Bref, par affabulation, assignation ou attaque ad hominem.

Laissez tomber les masques, ça ira mieux, au moins vous ferez preuve d’un peu de dignité.

(13 avril 2009 @19h24)

Ils ne comprennent que la force

Et ça y est! les soupçons de Lepenistes infiltrés... ça signifie pour moi la fin du débat. La cloche a sonné, la récré est terminée. Adios

(13 avril 2009 @19h27)

Ils ne comprennent que la force

D’accord avec le commentaire d’Abraxas.

Cet article part dans tous les sens.

L’éducation dépasse la politique, dépasse le politique.

Le film est loin d’être parfait mais il a le mérite d’être là.

(13 avril 2009 @19h30)

Ainsi la Gauche se suicide

C’est vraiment chiant cet angélisme à la con. Ça fait des décennies que ce genre de vision religieuse où le monde se divise en bons et méchants tue l’esprit progressiste à petits feux; et vous continuez encore et toujours. Vous n’avez toujours pas compris et il est vraisemblable que vous ne comprendrez jamais que vos tabous sont vos limites mentales.

C’est ainsi que la Gauche institutionnelle se suicide. Vous êtes définitivement experts en sadomasochisme.

Désolé de vous le confirmer, il y a aussi des gens dangereux chez les pauvres. Mais vous êtes sans doute trop jeunes pour savoir qu’Hitler recruta une partie de ses nervis dans le lumpenprolétariat (on a le droit de le dire ou bien est-ce trop complexe à débattre et donc tabou?).

René (ancien instit’)

(13 avril 2009 @19h34)

Ils ne comprennent que la force

@AIO,

dans votre énumération, vous avez oublié l’incontournable commentateur de commentaires, grâce aux copier/coller duquel un souffle quasi divin vient illuminer la misères des interventions et témoignages de ces malheureux qui répondent à l’invitation d’ajouter un commentaire.

Copier/coller, puisque son propos est par définition indépendant du sujet.

(13 avril 2009 @20h28)

Ils ne comprennent que la force

Tant que la critique est possible, toute production est bonne. Et si cette profession connait le plus de déprimés (avant ou après les policiers), nous ne pouvons nier que les exigences de cet emploi sont à réviser. Que quelques éléments par classe perturbent les cours est indiscutable et ce film pourrait ouvrir sur la recherche de pistes de travail pour qu’ils soient pris en charge autrement. Celà ne semble pas inconcevable. Aussi et pour finir, ce film est certainement une très bonne soupape de sécurité pour engager des débats ouverts et ... constrctifs. je pense que votre journal (que j’apprécie par ailleurs pour son impartialité, le plus souvent) devrait parfois sortir de ce ton moraliste (comme ceux que vous dénoncez Sourire) pour s’appliquer à une réflexion de qualité, de programme ... Pourquoi pas. Bien cordialement,

(13 avril 2009 @22h10)

Ils ne comprennent que la force

Bonjour

Rien sur l’article de Philippe Meirieu à propos de "La journée de la jupe"

Rien sur l’article de Luc Cédelle

Rien sur l’article du Bondy Blog

Aucune réflexion sur l’état de l’instruction publique en France.

Rien, dans toutes les interviews données par Lilienfeld, qui puisse justifier les procès d’intentions qui lui sont faits ici et chez Fontenelle.

Rien sur les raisons personnelles qui ont poussé Lilienfeld à tourner ce film: c’est tellement plus simple d’insinuer qu’il a tout pompé sur "Les territoires perdus de la république"!!!

Tout ce que vous faites, c’est de détruire "La journée de la jupe" à travers ce qu’en disent Ripostes Laïques et Finkielkraut.

Vous n’avez même pas l’honnêteté d’aller au bout de votre démarche et de citer ce que dit sur ce film l’auteur de "L’école ou la guerre civile" (vous savez bien de qui je veux parler, n’est-ce pas?) et ce qu’il disait il y a un peu moins d’un an du film "Entre les murs".

Bref, rien à sauver dans votre article sinon que vous avez insulté tous les profs de collèges qui se sont reconnus dans Sonia Bergerac et qui échappent à VOS clichés.

Si vous saviez pourtant comme ils sont nombreux!

(13 avril 2009 @23h50)

Ils ne comprennent que la force

Quelles étaient les intentions du metteur en scène?

Dénoncer le délabrement du système scolaire et donc, éveiller les consciences? Faire un documentaire sur les quartiers "difficiles"? Permettre de mener une réflexion globale sur l’état de l’enseignement en France? Dénoncer le fait qu’on laisse lâchement les enseignants se débrouiller dans des situations auxquelles ils ne sont pas préparés? Ou tout simplement raconter une fiction?

La majorité de ceux qui ont vu ce film l’ont aimé et trouvé criant de vérité. Ah? Expérience personnelle ou est-ce l’idée qui est véhiculée sur les écoles des quartiers "difficiles"? De plus, c’est donc bien que le film ne pouvait être confondu avec une fiction, non?

Mais, à l’issue de ce film, que demandent donc ses aficionados pour que les choses changent? Qu’on donne des moyens aux écoles des quartiers défavorisés, qu’on envoie des profs dûment formés et volontaires, qu’on donne les moyens aux enseignants et autres professionnels non-enseignants (Co-psy, médecins, infirmier(e), éducateurs, etc. dont de nombreux postes ont été supprimés par le gouvernement précédent) de travailler en équipe et différemment, etc.?

Savent-ils seulement que l’existence des RASED, qui ont pour mission de fournir des aides spécialisées à des élèves en difficulté au primaire est remise en cause, savent-ils que la classe de maternelle est, elle aussi, menacée, que la formation des maîtres et bien d’autres dispositions vont être mises à la trappe par la volonté d’idéologues, ces mêmes idéologues qui se lamentent sur la situation dans les ZEP?

Qui donc décide de ces mesures? Les enseignants ou les gens au pouvoir et leurs "conseillers"? Quand a-t-on réellement consulté les enseignants (la base, pas les philosophes qui enseignent à Sciences Po ou autre grande école) et tenu compte de leur avis? Quelle réforme ministérielle a véritablement amélioré la situation scolaire? Et pourquoi chaque ministre de l’éducation tient-il à laisser son nom à une nouvelle réforme si la précédente était satisfaisante?

Cela pour une partie du contexte.

Alors, parler de l’Ecole en montrant des stéréotypes, en stigmatisant une fois de plus les jeunes des quartiers sensibles, ce n’est pas parler de l’Ecole. Cela ne sert qu’à conforter l’opinion publique dans l’idée que la faute incombe aux élèves alors que tout va bien par ailleurs. Et, comme par hasard, ces feignants perturbateurs, ce sont les "sauvageons" majoritairement basanés.

Alors que la prof est hystérique, qu’elle les insulte gravement (ce sont des ados!), c’est elle qui est rendue sympathique, elle, une Arabe, qui a su s’"intégrer", c’est-à-dire occulter toute la culture de ses parents, prétendant qu’elle ne parlait pas arabe à cause de la "laïcité", ce qui est pédagogiquement stupide.

à suivre ...

(13 avril 2009 @23h57)

Ils ne comprennent que la force

(suite et fin)

Parce que c’est ainsi qu’on veut voir les gens issus de l’immigration: surtout qu’ils ne ressemblent pas à des Arabes et qu’ils appliquent la "" à la lettre.

Evidemment, les problèmes sont bien plus grands dans les quartiers à concentration de pauvres, de fort taux de chômage et d’avenir peu radieux. Justement, parce que le système n’est pas fait pour les plus démunis. Le système profite à la bourgeoisie, qui se perpétue grâce au système éducatif élitiste, aux cours particuliers et aux réseaux influents auxquels elle a accès.

Pour tous les autres, l’école ne reproduit dans l’ensemble que les schémas de la communauté dans laquelle les enfants évoluent. L’ascenseur social, si tant est qu’il ait existé, n’existe plus.

Et, enfin, je voudrais dire que, bien sûr, il existe des jeunes violents, destructeurs et incontrôlables, ils ont toujours existé dans toutes les sociétés, mais ils sont minoritaires et ces jeunes qui vivent dans les quartiers, s’ils sont généralement plus fragiles que d’autres, plus à fleur de peau, c’est que leur quotidien est rude et leur avenir plus incertain que les autres (pourquoi l’école serait-elle un sanctuaire quand même les plus assidus ont peu de chances de trouver une place au soleil?).

Ce qu’ils demandent avant tout, comme tout être humain, c’est du respect. Or, c’est ce qu’on leur refuse, dans la vie, et à l’école, en les traitant de nuls, en ne valorisant pas leurs connaissances et en ne les écoutant pas.

Et, là, ce film, s’il montre certaines réalités abruptes des écoles des quartiers difficiles, oublie, en la stigmatisant et en la stéréotypant, de donner à cette jeunesse sa dimension humaine.

En conclusion, madame Chollet, je suis tout à fait d’accord avec votre analyse.

(Je suis vraiment désolée pour la longueur de ce commentaire).

(14 avril 2009 @00h28)

Emcee ou la culture de l’excuse

c’est çà, du respect pour les caïds qui imposent leur loi dans la classe, laissons-les nous mettre au pas...de la barbarie, laissons-les nous tyranniser sans rien dire...comprenez-les ces pauvres petits, en fait, ce sont eux les victimes! ON MARCHE SUR LA TETE (mais ça, je le savais déjà).

(14 avril 2009 @00h29)

Ils ne comprennent que la force

Bien content de trouver ce texte qui rompt avec le consensus autour de ce navet.

Un petit billet de mon cru (avec quelques fautes de frappe): http://bellaciao.org/fr/spip.php?article84116

(14 avril 2009 @01h10)

Ils ne comprennent que la force

@ agna, rien compris de ce que j’ai dit? Je n’excuse pas les "caïds" (ils n’ont souvent pas leur place dans une classe telle qu’elle est conçue aujourd’hui, peut-être faudrait-il réfléchir à quelles structures les réintègreraient?) mais ils sont . (Les autres sont plus paumés que nuisibles).

Ce n’est pas une raison pour faire les amalgames avec les autres et les rejeter en bloc. Mais pour cela, il faut se débarrasser de ses préjugés.

Mais la société toute entière cherche à se débarrasser de la jeunesse. A fortiori basanée. Il n’y a qu’à voir avec quel mépris elle traite, entre autres, ceux qui manifestent.

Une société qui refoule sa jeunesse est une société de vieux cons, passez-moi l’expression, mais je n’en vois pas de plus claire.

(14 avril 2009 @09h23)

Ils ne comprennent que la force

Du calme, le film montre les effets de la violence-pourquoi les contester- mais il ne montre pas les causes (déstructuration, ect..). Ce qui permet aux uns de crier au racisme ,et aux autres à l’angé- lisme .Reste la qualité de l’interprétation,ça compte un peu,non?

(14 avril 2009 @09h56)

Ils ne comprennent que la force

Ce film devrait gêné n’importe quel esprit qui se respecte.

C’est un film réactionnaire de la droite type.

La populace de France aurait-elle déjà été sage et tranquille dans un passé quelconque?

Il n’y avait-il pas eu des "caids", des violeurs, voleurs, agresseurs et assassins en France en grand nombre depuis le dernier millénaire?

La pauvreté, le chômage, l’exclusion et la stigmatisation d’une partie de la population sont-ils des faits nouveaux en France?

Ces fléaux sont-ils tous débarqués du Sud de la Méditerrannée au cours des 40 dernières années?

Le fait que nombre de pauvres en France soient noirs et arabes, vivent en ville et constituent une proportion importante des classes populaire (même pas majoritaire)COLORE la réalité des problèmes liés à la marginalisation et la pauvreté en France.

Cela soulage la conscience de la majorité franco -francaise, blanche, laique ou chrétienne qui peut se dire que les problèmes sont venus d’ailleurs et que c’est l’arabo-négritude et l’Islam qui sont à blâmer pour les travers de la société.

Et une fois de plus la gauche est accusée de ne pas être assez guerrière.

Sérieux...Les cités dortoirs françaises sont vraiment une des pires créations dont la France a jamais eu le malheur de d’accouché.

Croisade chrétienne ou laique par les scriboulleurs du vide maudissant Seine-st-denis, l’Irak et l’Afrique Choc des civilisations et inconscient coloniale qui se jouent dans chaque réplique: pathétique...

(14 avril 2009 @10h46)

Ils ne comprennent que la force

Il y avait des violeurs voleurs et caids avant l’immigration maghrebine effectivement, mais ils n’étaient pas EN PLUS musulmans, et personne ne réclamait de voiles ni de menus hallal ni aucun autre "accommodements raisonnables".

Ce que vous oubliez toujours, comme Chollet et tous ceux qui tiennent le meme discours, c’est que 90% de la population française n’a jamais colonisé personne, n’a seulement jamais mis les pieds aux "colonies", et vivaient dans les mines et les usines dans des conditions guère différentes des "indigènes". Pas plus que la majeure partie d’entre eux ne va aujourd’hui à Montréal; ils n’ont pas meme de quoi partir en vacances à 200 km de chez eux.

Et les syndicats des années 60 (qui étaient par ailleurs anticolonialistes) NE VOULAIENT PAS de l’immigration, pensant que l’arrivée massive d’immigrés aurait cassé les salaires et les revendications ouvrières de l’époque ET ILS AVAIENT RAISON PARCE C’EST CE QU’IL S’EST PRODUIT. Les gens pensaient d’ailleurs à l’époque qu’ils étaient là momentanément pour se faire un pécule et qu’ils seraient REPARTIS, pas qu’ils se seraient établis ici.

Maintenant ils sont là et la situation est ce qu’elle est, et elle est le fait du patronat, pas de la population française, qui doit faire avec dans des quartiers qu’elle fuit dès qu’elle en a la possibilité.

Quand on lit l’article de Chollet, la première chose qu’on se demande est si a déjà vécu en banlieue, si elle connait des enseignants dans ce genre d’école. Evidemment non, parce que sinon elle n’aurait jamais écrit un texte de ce genre, si méprisant à l’égard des enseignants, des femmes surtout, qui y ont été insultées, injuriées, malmenées.

(14 avril 2009 @10h53)

Ils ne comprennent que la force

De toutes façons, sur cet article, avec la phrase extraite ci-dessous, tout est dit:

"Il n’est pas certain que les professeurs qui, par désarroi, encouragent la diabolisation de leurs élèves fassent le bon calcul."

On a coutume de dire que l’erreur est humaine, à condition de ne pas perséverer.

Mais il y a pire encore: perséverer dans son erreur et continuer à culpabiliser ceux qui ne demandent qu’à faire leur travail.

Continuer à douter de ce qu’ils ont vécu, continuer à minimiser leur désarroi qui cache forcément de bien douteux calculs.

Continuer à douter même de la connaissance qu’ils ont de leur environnement de travail.

Et enfin, le plus insultant, le plus méprisant, convoquer Jack Bauer pour leur faire la morale, à ces maudits profs! (mais qui donc parlait de comique involontaire?)

Tout cela trois semaines après la sortie du film, trois semaines à construire un argumentaire qui ne tient pas, qui s’obstine à rester à la surface des choses, par quelqu’un qui NE VEUT PAS en savoir plus sur l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul, sur la relation maître-élève.

Quelqu’un qui ne s’intéresse au désarroi des profs QUE pour se demander quel sorte de calcul peut bien se cacher derrière!!!

(14 avril 2009 @11h33)

Ils ne comprennent que la force

L’analogie evec Jack Bauer n’est peut-être pas aussi innocente que ça. Elle apporte des informations sur les méandres culturelles, qui aboutissent à une telle condamnation.

En effet, Kiefer Sutherland, qui joue le rôle de Jack Bauer, s’est aussi illustré dans un film de 2006 The Sentinel , à la gloire des USA et de ces nouveaux chevaliers que sont les membres des services secrets face aux méchants terroristes un peu islamistes, mais pas vraiment.

Là où les méandres interviennent, c’est que ce film est un détournement d’ un livre de Gerald Petievich qui n’est pas du tout au service de la gloire des services secrets US, puisque toute la machination ourdie contre le héros à pour origine une affaire de cul entre le président et la First Lady. On y voit une machine anti-terroriste énorme se mettre en marche pour une histoire de placard.

Nous sommes passé dans le monde du story-telling.

Tout ça pour dire que d’amalgame en amalgame, d’analogie en approximation, on fini toujours par avoir midi à sa porte.

(14 avril 2009 @12h23)

Un film dérangeant

A Mona Chollet,

En 1h30, ce film condessence de nombreux problèmes vécus par une grande partie des profs et des populations. Délitement de la cellule familiale, culpabilisation générale, angélisme bobo, etc.; la "journée de la jupe" contrairement à ce que vous écrivez relate le quotidien de nos banlieues, lieux que vous ne connaissez manisfestement pas où qu’à travers un prisme déformant. Vous y trouvez cette misère sociale, fruit de 50 ans, de non politique d’intégration et de ghettoisation de populations immigrées; mais aussi, des lueurs d’espoir grâce à des jeunes qui se battent contre ce carcan pour se sortir et exister. Je vous invite à aller dans les ZEP et interroger ces profs esquintés après seulement 2 années d’enseignement, car confrontés à des situations ne rentrant pas dans leur rôle. Ils doivent être assistante sociale, grand frère, psycholoque, éducateur spécialisé et quant ils le peuvent profs. Ma compagne a été prof et a tenu 5 ans, mais, elle était fatiguée des remarques sexistes, de trouver son casier rempli de courriers salaces, de ne pas se sentir soutenu par les autres profs et sa hiérarchie, d’avoir les pneus de sa voiture crevés (4 fois), de découvrir des cadeaux "délicats" dans sa voiture (rats crevés, capotes usagées, etc.). Aujourd’hui, elle s’est reconnue dans cette Bergerac, alors oui, cela change de l’angélisme d’Entre les murs ou d’autres films plus proches de votre conception de l’école. Peut être que ce film va permettre un réveil et que nous allons enfin redistribuer les rôles de chacun et les mettre devant leurs responsabilités: aux parents, l’éducation et aux profs, l’instruction.

(14 avril 2009 @14h07)

Ils ne comprennent que la force

je n’ai pas vu le film mais a mon avis,une communaute ou les femmes et les profs sont respectes peut deplacer des montagnes.Il y a la responsabilite des puissants et puis la responsabilte individuelle qui,si on en prend conscience et que l’on s’en sert devient un vrai pouvoir,qui peut veritablement changer la donne.je n’ai pas lu les ouvrages de madame Chollet mais il me semble que je l’ai entendue une fois sur france culture,elle intervenait dans une emission sur le feminisme ,et elle coupait de temps en temps la parole a des militantes associatives pour expliquer combien leur action quotidienne dans les quartiers ’sensibles’ et sa mediatisation n’etait en fait qu’une facon deguisee de stigmatiser les hommes issus de l’immigration.bien.si il s’agit d’elle,je suis tres curieuse de lire ses ouvrages qui vont sans doute m’edifier,puisque mon experience personnelle est en contradiction avec les verites qu’elle semble defendre.une question a se poser est:doit-on ou non croire a son experience personnelle?n’est-elle pas finalement,purement subjective?et deformee par le prisme des medias qui dispensent une ideologie que l’on finit par interioriser?c’est la question que je poserais volontiers a des proches qui resident en lozere depuis une trentaine d’annees(mes parents),qui n’ecoutent pas la radio ,ne regardent pas la tele et qui ne lisent que le monde diplomatique.Si je trouve leur experience de citoyens ruraux passionante,en revanche eux,n’acceptent d’entendre de mes experiences urbaines que celles qui abondent dans l’idee qu’ils se font de l’organisation du monde,de la societe,et qui est en accord total avec les arguments developpes dans les papiers du monde diplomatique,leur bible en quelque sorte.qu’il en aille du traitement des employes et des retraites,du nationalisme en russie(ou j’ai un temps reside)comme des conditions de travail en chine ou d’un sexisme que je trouve particulierement virulent dans certains quartiers de la banlieue parisienne,je me fais souvent traiter par eux de’social democrate’qui anonne betement ce que les medias’dominants’ m’ont fait rentrer dans la tete.Devant tant d’assurance et peu de place laissee au debat ,je finis ,en effet,par m’interroger sur la famille politique(sans doute hybride,impure) a laquelle j’appartiens.Quant a la place des femmes,puisqu’il en est indirectement question dans l’article de Mona Chollet,qui evoque une femme prof interpretee par Isabelle Adjani,je me demande pourquoi la lutte feministe est toujours passee au second plan,au nom de causes plus nobles,plus ’universelles’,plus urgentes,voire aujourd’hui,au nom d’une contradiction(?)avec la defense des classes populaires issues de l’immigration,ou d’un ethnocentrisme belliqueux.a mon avis,il n’y a pas,sur cette terre,de cause plus noble,plus universelle et plus urgente que la cause des femmes.Et si ce film,porte,entre autres ,ce message,alors son realisateur ne peut personnellement m’inspirer que de la sympathie.

(14 avril 2009 @16h29)

Politique de l’autruche....?

«Cachez donc ce film qui ne correspond pas à nos stereotypes! Cachez donc aussi cette vidéo d’agression dans un bus de la RATP!! »

(14 avril 2009 @17h35)

Ils ne comprennent que la force

Franchement c’est une analyse particulièrement pertinente et juste sur la réalité du discours néo-raciste en France au sujet des populations des cités. Aujourd’hui même on annonce un nouveau plan contre l’excision sur la base de chiffres "extrapolés" au dire même du Monde de ce soir. 50 à 65 000 jeunes filles menacées soit disant! Mais ce n’est pas grave, en France au nom d’un schéma de pensé qui suinte le racisme, il est permis de s’affranchir des réalités et de travestir les chiffres de l’INED (chiffre en l’espèce sur un solde migratoire) pour prétendre une autre chose. Tant qu’il s’agit de cracher sur les jeunes des cités et les parents de ces jeunes pas de problème!

Arona

(14 avril 2009 @17h35)

Ils ne comprennent que la force

Est-ce que cette bande de bien pensant cohabitant pour la plupart dans des têtes communes, ces pseudo schizophrènes du parti vont poser la vraie question, celle qui abaissera un dernier tabou?

Est-ce que Mona Chollet est brune ou Blonde? Et surtout: est ce qu’elle porte des jupes quand elle coupe les autres militantes dans les émissions radio?

Voilà la question iconoclaste!

Lozère will never die!

(14 avril 2009 @17h39)

Ils ne comprennent que la force

@Mona Chollet

Merci pour cet article et cette analyse o combien juste du film.

Après la "droite décomplexée", on a maintenant droit à la "la haine professée": le pire, c’est que cette haine et produite par l’argent du contribuable (ARTE)

Qu’une chaine publique sème ce genre de discours ne parait pas émouvoir grand monde, et après on se demande pourquoi les préjugés du "noir violeur" ou "arabe voleur" sont-ils si ancrés dans la société française?! Pourquoi on les regarde toujours comme des "étrangers" , des "non français" ou des "français de second zone"

(14 avril 2009 @18h14)

Mmmm....

Effectivement, ce film est nul. C’est le coup classique du réalisateur raté, qui n’a sorti jusque-là que d’immondes bouses, et qui décide de sauver sa carrière en faisant un film choc, avec en sus une grande actrice (sur le plan technique, du moins...) Les personnages sont effectivement des caricatures, le "méchant" doit absolument être dénué d’humanité, l’héroine hollywoodienne est entourée de lâches gauchistes et doit faire le travail toute seule, ou avec le concours de rares mecs "qui en ont", dans le plus pur style Ayn Randien. Bref, je me demande même s’il faut analyser Lilenfield à fond, ce mec est tellement con qu’il est très possible que les références, métaphores et thématiques du film soient de simples accidents. La contestation de mai 68, la provocation souvent gratuite à l’égard des musulmans, ces "barbares" (en utilisant pour cela les femmes libérées de mai 68, douce ironie...). Toutes ces thèses que l’on retrouve chez les imbéciles incapables de comprendre que la culture musulmane est différente de la notre, et qu’il faut un temps d’adaptation, et surtout de bonnes conditions, pour y intégrer la culture occidentale et son image de la femme. Que penser alors des Baruyas, qui font boire du sperme à leurs enfants? En prison? A la douche? Culture occidentale qui ferait d’ailleurs bien de se demander pourquoi on retrouve des paires de nichons jusque dans les pubs pour les yahourts. Quelque chose à prouver, peut-être? Si en plus, on parque ces jeunes-musulmans-pauvres-banlieues (qu’est ce que c’est bon, les amalgames!) dans des barres d’immeubles grises pourraves, qu’on les stigmatise jusqu’à ce qu’il s’identifient à cette stigmatisation, en prenant BIEN SOIN de ne PASSSSSS les mélanger avec les blancs des beaux quartiers, en s’assurant qu’ils ne pourront jamais s’y payer quoi que ce, ni même ceux des quartiers tout court, soit, même pas une cabane, alors on obtient des gens qui s’intègrent mal. Faites la même expérience avec des jaunes, des blancs, des rouges, des bleus, des violets, quelque peuple de quelque couleur que ce soit, et vous obtiendrez les mêmes résultats, et le même nombre de "monstres" au m².

(14 avril 2009 @18h14)

Suite

Il est donc aussi inutile de critiquer "Mouss" que de critiquer Sarkozy, il ne sont que des produits de leur environnement, faites les assassiner 5, 50, ou même 500 fois, il y aura toujours des candidats au poste.

J’aimerais également saluer l’auteur de cette article, une femme, car il est beaucoup plus difficile d’avoir du recul sur la question du voile quand on se sent solidaire de son sexe. Les musulmans ont la capacité d’empathie, aiment leurs proches (et oui!), ils nous sont donc identiques en tout points. Simplement, il subissent le choc frontal de leur culture avec la notre, et ne sont pas franchement aidés dans leur quête pour l’intégration. Ont en-t-ils seulement envie? Si résumer la femme à une paire de fesses, c’est la libérer, si intégrer les gens, c’est les parquer ensemble, si l’école est laïque, gratuite et républicaine, mais pas pour les riches, si on pense pouvoir un jour être fier de ça, alors en effet, il est facile de s’intégrer, ca doit même se faire en 5 minutes...

Deux solutions: Revoir l’urbanisme, faire en sorte que tout le monde se mèle avec tout le monde, sans distinction de couleur ou de classe, en y mettant les sous qu’il faut, quitte à couler les banques. En effet, ca coutera cher, mais ce sera la fin des ghettos. Il faudra, en sus, supprimer les écoles privées. Les pauvres ne sont pas les seuls à s’entasser aux mêmes endroits.

Mettre des flics jusque dans les salles de classe. Si on veut continuer avec notre splendide politique d’urbanisme, c’est comme cela que l’affaire finira. Ca n’a pas l’air de déranger, au moins.

Evidemment, toute critique de gauche est teinté d’angélisme, puisque qu’on croie encore et toujours que l’homme mérite et est capable de mieux, alors qu’il est incontestable qu’il est aussi capable de tuer froidement 6 millions de juifs, un peu moins d’arméniens mais pas pas mal quand même, et surtout, 10 fois plus d’africains, pour des histoires de mines, de brevets et de colonialisme. Pour croire encore en l’homme après ca, il faut être plus borné qu’un curé. Pas grave, on assume!

(14 avril 2009 @18h25)

Un point.

@Bootsy

Bravo, vous avez marquer un point Godwin..

...alors qu’il est incontestable qu’il est aussi capable de tuer froidement 6 millions de juifs...

Il y a donc bien un lien dans ce mythe entre l'éthique et la réincarnation, mais c'est un lien d'une nature particulière: c'est un lien différé, en ce sens qu'il ne s'agit pas d'accomplir telle action pour favoriser l'obtention de telle réincarnation, mais qu'il faut s'appliquer à développer la partie noétique de l'âme pour acquérir la maîtrise éclairée du choix d'une nouvelle destinée. Voilà donc pour la voie positive.

Mais il y a l'autre voie, négative, dégradante. Cette voie cependant s'étage en paliers. Tout d'abord la dégradation venant de comportements ignorant la réflexion philosophique sans être pour autant souillés de vices. Ainsi ceux qui se sont adonnés avec excès à la musique au point d'oublier de se sustenter, et d'en périr, alimenteront l'espèce des cigales (Phèdre, 259c-d), le bouffon Thersite se «recyclera» en singe, le chantre Thamyras dans un rossignol (Rép., 620a et c), les êtres doués pour la vie sociale deviendront des animaux de même caractère, tels que les abeilles, les guêpes, les fourmis (Phédon, 82b), mais peuvent aussi renaître en tant que «braves gens» (ibidem). De même, selon un passage du Timée déjà pris avec une distance critique dans l'Antiquité [ 60 ], ceux qui observent trop le ciel deviendront des oiseaux, les moins intelligents, des poissons, etc... (90b-92c). Mais si, non contents de laisser en jachère la partie noétique de l'âme, on en développe la partie libidineuse, on voit s'accentuer davantage encore un processus de dégénérescence: c'est ce que vise notamment un passage assez pittoresque du Phédon, où l'on voit, par punition des vices entretenus dans des vies antérieures, des âmes alourdies de «corporéité» errer près des tombeaux (81d) et se réincarner dans des animaux présentant quelque affinité avec les penchants qu'elles ont satisfaits (81e-82a).

Tout cela est certes à prendre cum grano salis, d'autant que Platon lui-même n'y rationne pas le sel et se retranche parfois derrière le caractère légendaire des récits [ 61 ] Mais après avoir appliqué à ces textes une grille de lecture décodant les symboles et les métaphores, après les avoir allégés des outrances de la caricature, on restituera, à travers leur langage - et avec l'aide de Porphyre dont le commentaire nous parvient par Stobée (éd. de Wachs, I, p. 447) - le diptyque qui résume le point de vue de Platon: si l'on développe la partie intellective de l'âme, celle-ci s'allège, se libère et retourne à la contemplation originelle; si, par contre, on se détourne de la réflexion philosophique, et qu'on développe les tendances matérielles, on est entraîné dans une sorte de transformisme qui permet la réactivation du monde sensible. Répétons-le: la thèse de la réincarnation permet donc de réaliser la jonction de secteurs importants de la pensée de Platon: ce n'est nullement chez lui une idée accessoire.

Quittons maintenant la Grèce «classique» pour aborder la période romaine [ Vente À Bas Expédition Visiter Le Nouveau Tods Sandales en cuir verni Recommander La Vente En Ligne W8XM9By
].

Plan du site

Contact

Mentions légales

Directeur de publication : Jean-Yves Le Gall, Président

Responsable éditorial : CNES - Direction de la communication Externe - 2 place Maurice Quentin 75001 Paris Content Management System : Drupal Création graphique : Fabien Huet, Wax-o . Image de la Terre : CNES/123RF Hébergeur : CNES - Direction du système d'information – 18, avenue Edouard Belin 31401 Toulouse cedex 9 Pour nous contacter, veuillez utiliser le formulaire : https://cnes.fr/fr/contactez-nous L’accès et l’utilisation du site Internet du CNES sont régis par les dispositions des présentes conditions générales d’utilisation. A cet égard, en accédant ou utilisant le site Internet du CNES, l’utilisateur est automatiquement lié par ces conditions générales d’utilisation, et toute éventuelle modification successive effectuée par le CNES à sa seule discrétion et sans avis préalable. Ces conditions générales d’utilisation sont régies et interprétées conformément au droit français. Tout différend lié à l’interprétation ou à la mise en œuvre des présentes conditions générales d’utilisation est soumis aux tribunaux de Paris (France). Le site Internet du CNES diffuse des informations non contractuelles liées à l’activité du CNES.

  • Responsabilité

Toutes les données, et plus généralement le contenu du site Internet du CNES sont la propriété du CNES, ou d’un tiers et pour lesquels il a obtenu le droit d’en disposer. Ils sont rendus accessibles tels quel, tels que disponibles, et sans garantie d’aucune sorte. Le CNES ne garantit ni ne signifie que, de manière non limitative, (i) ce service et ses composants satisfont à vos besoins, (ii) que ces services et ses composants ne sont pas susceptibles d’interruption périodique, sans défaillance ni erreurs, (iii) que les données diffusées sur le site Internet du CNES sont précises, actualisées ou fiables, (iv) que la qualité de toute donnée satisfait aux attentes de l’utilisateur et que ces données ne comportent ni défaillance ni erreur, ou que les erreurs éventuelles sont corrigées. L’accès et l’utilisation du site Internet du CNES se font sous la responsabilité de l’utilisateur. En aucun cas le CNES n’est tenu pour responsable des dommages directs, indirects ou subséquents, ou de tout autre dommage pouvant résulter de l’accès, de l’utilisation, de l’indisponibilité du site Internet du CNES ou des sites Internet qui lui sont liés, y compris les pertes de données ou de programmes, les interruptions, les changements, les mises à jour, les modifications des données diffusées sur le site Internet du CNES, l’occurrence de bugs, les pertes d’usage, les pertes financières, toute détérioration ou infection par des virus du matériel de l’utilisateur (y compris, et de manière non limitative les software, hardware, connections ou tout systèmes ou réseaux). Le CNES se réserve le droit, de manière temporaire ou permanente, d’effectuer à tout moment et sans notification préalable des changements, des mises à jours, d’interrompre ou modifier toute donnée diffusée au sein de son site Internet, y compris la sélection et l’arrangement de celle-ci, ou ses services. Le CNES ne saurait être considéré comme responsable de tous les coûts, pertes et dépenses consécutifs à toute infraction aux présentes conditions générales d’utilisation, ainsi que ceux liés à l’utilisation ou l’accès à son site Internet. L’utilisateur n’insère pas, volontairement ou involontairement, des virus ou fichiers de toute nature perturbant le fonctionnement du site Internet du CNES. Il en assume l’entière responsabilité le cas échéant. L’utilisateur n’accède ni n’utilise le site Internet du CNES à des fins illicites ou prohibées.

  • Confidentialité

Dans le cadre de l’utilisation du site Internet du CNES, des données personnelles de l’utilisateur peuvent être collectées. En dehors des cas expressément signalés à l’utilisateur, ces données personnelles sont traitées par le CNES comme confidentielles et ne sont pas partagées ou transférées à des tiers. Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés l’utilisateur dispose d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui le concernent. A cette fin, l’utilisateur peut contacter GREY ANT Lunettes de soleil Kemp KsDP4LrjV
. Lors de la collecte, le CNES fait mention de l’objet ainsi que du responsable de l’utilisation et de la conservation des données personnelles.

  • Liens

Le CNES n’est pas tenu pour responsable de l’accès, du contenu et de l’utilisation des sites Internet tiers référencés par des liens, y compris de manière non limitative, la collecte de données personnelles, ou l’installation de cookies. L’utilisateur assume tous les risques liés à l’accès à ces sites tiers référencés par des liens.

  • cookies

Ce site peut utiliser des « cookies » (petits fichiers de données ayant pour but de garder des traces de la connexion de l’utilisateur). Le CNES pourra accéder à ces données et les enregistrer pendant les visites de l’utilisateur sans qu’elles soient destinées à l’identifier. L’internaute a la possibilité de modifier la configuration personnelle de son navigateur pour empêcher l’enregistrement des cookies.

  • Droits de propriété intellectuelle

Tous droits de propriété intellectuelle liés au site Internet du CNES, y compris, de manière non limitative, ceux relatifs à toute donnée brevetée, droits d’auteur, dénominations commerciales, marques, logos, bases de données, documents, textes, graphiques, dessins, photographies, fichiers audio, fichiers vidéo, circuits numériques sont la propriété du CNES ou d’un tiers et pour lesquels il bénéficie d’un droit d’utilisation. A moins qu’il n’en soit disposé autrement par écrit, l’accès et l’utilisation du site Internet du CNES ne sont pas considérés comme accordant ou garantissant un quelconque droit d’utilisation de ces droits de propriété intellectuelle.

  • Droits accordés

Le CNES accorde à l’utilisateur un droit personnel, gratuit, non exclusif et non transférable d’accès et d’utilisation de son site Internet. Tout autre droit est expressément exclu. En conséquence, et de manière non exhaustive, les droits de (i) reproduire, représenter, adapter et/ou traduire, (ii) extraire, ou (iii) de créer tout travail dérivé de tout ou partie du site Internet du CNES et/ou de contenus y afférent, sont formellement et strictement interdits en dehors du cadre strictement limité à l’exception de copie privée ou à visée éducative. Dans les cas de copie privée ou à visée éducative, toute reproduction par l’utilisateur de données doit s’accompagner, de manière lisible et claire, de la mention suivante : « ce document est extrait du site Internet du CNES. Informations protégées - Tous droits réservés © CNES (+ année publication) »

Liens

LES FLUX RSS DU CNES